Je m’appelle Khadija, une jeune femme latino de 25 ans, travaillant comme comptable dans une entreprise renommée. Physiquement, je suis de taille moyenne, avec une silhouette fine mais des courbes généreuses qui attirent tous les regards. Ma poitrine est ferme et ronde, de taille moyenne, ornée de mamelons proéminents et d’aréoles foncées. Mes fesses, rebondies et fermes, mettent en valeur mes courbes séduisantes. Mon sexe, serré et tonique, d’une couleur rose foncé et aux lèvres externes proéminentes, est un véritable trésor caché sous une peau lisse et épilée.

Je suis veuve, mais je suis loin d’être une sainte. Je suis une femme aux fantasmes débordants, curieuse et ouverte à toutes les expériences. Mon orientation sexuelle est hétérosexuelle, mais j’aime parfois explorer mes désirs les plus profonds avec d’autres femmes. Mon fantasme le plus cher est de séduire un homme marié et de le faire craquer, enflammant sa jalousie et son désir, pour ensuite le dominer et l’emmener dans un tourbillon de plaisir intense.

Un jour, au travail, je rencontre mon nouveau collègue, Marc. Il est marié, et pour moi, il est l’homme parfait pour réaliser mon fantasme. Il est grand, brun, avec des yeux bleus perçants et un sourire charmeur. Je peux sentir son regard sur moi, me déshabillant lentement. Je sens une chaleur monter en moi, une excitation que je n’ai pas ressentie depuis longtemps. Je décide de lui faire comprendre que je suis intéressée, et je commence à lui envoyer des signaux subtils mais clairs.

Je commence à m’habiller de manière plus provocante, mettant en valeur mes courbes et ma poitrine. Je porte des jupes courtes et des décolletés plongeants, je sais qu’il ne peut pas résister à mon charme. Je peux voir son regard se poser sur mes seins, mon cul, ma chatte. Je sens qu’il bande, qu’il a envie de moi. Je peux voir la bosse dans son pantalon, sa bite dure qui veut sortir.

Je décide de passer à l’étape suivante. Je l’invite à déjeuner, juste lui et moi. Nous nous installons dans un petit restaurant discret, où je sais que personne ne nous dérangera. Je porte une robe rouge moulante, qui met en valeur mes formes généreuses. Je peux voir son regard se poser sur ma poitrine, ma chatte, mon cul. Je sens son désir monter, je sais qu’il veut me baiser.

Je commence à lui parler de mes fantasmes, de mes envies. Je lui dis que j’aime les hommes dominants, qui savent ce qu’ils veulent. Je lui dis que j’aime me faire baiser, enculer, doigter. Je lui dis que j’aime sucer des queues, sentir le goût du sperme dans ma bouche. Je peux voir son excitation monter, je sais qu’il bande comme un taureau.

Je me penche vers lui, je lui murmure à l’oreille : « Tu sais ce que je veux ? Je veux ta bite dans ma chatte, dans mon cul. Je veux te sucer, te pomper jusqu’à ce que tu jouisses. Je veux être ta salope, ta chienne, ta cochonne. » Je sens son souffle chaud sur mon visage, je sais qu’il est à moi.

Il me regarde dans les yeux, je peux voir le désir brûler dans ses yeux. Il me dit : « Je veux te baiser, Khadija. Je veux te prendre, te posséder. Je veux te faire jouir, te faire crier de plaisir. » Je sens mon coeur s’emballer, mon corps trembler de désir. Je sais que c’est le moment.

Je me lève, je lui prends la main. Je lui dis : « Viens, je vais te montrer quel genre de salope je suis. » Je le conduis dans les toilettes du restaurant, je le pousse à l’intérieur. Je verrouille la porte derrière moi, je me tourne vers lui.

Je lui enlève sa ceinture, je défais son pantalon. Je descend son pantalon et son caleçon, sa bite dure jaillit devant moi. Je la prends en main, je la caresse lentement. Je peux sentir la chaleur de sa bite, la dureté de son chibre. Je commence à le pomper, à le sucer. Je sens son plaisir monter, je sais qu’il va jouir.

Mais je ne le laisse pas jouir. Je me lève, je me retourne. Je me penche sur le lavabo, je lui présente ma chatte et mon cul. Je lui dis : « Baise-moi, Marc. Prends-moi comme une salope. Encule-moi, fais-moi jouir. » Je sens sa bite se présenter à l’entrée de ma chatte, je sens sa main sur mes hanches.

Et puis, il me pénètre. Il me baise, fort, profondément. Je sens sa bite dure en moi, je sens son plaisir. Je sens la chaleur monter en moi, je sens mon corps trembler de désir. Je sens la mouille couler de ma chatte, je sens le plaisir monter.

Mais je ne veux pas jouir comme ça. Je veux plus, je veux tout. Je lui dis : « Encule-moi, Marc. Prends mon cul, fais-moi jouir comme une chienne. » Je sens sa bite sortir de ma chatte, je sens son doigt à l’entrée de mon anus.

Et là, le récit s’arrête, laissant place au suspense. La suite promet d’être encore plus torride et captivante. La question est : jusqu’où ira notre héroïne dans sa quête de plaisir ?Je sens son doigt lubrifié pénétrer doucement mon anus, me préparant pour sa bite. Je gémis de plaisir et de désir, je veux plus, je veux tout. Je lui dis : « Vas-y, Marc, prends mon cul, je suis ta chienne, ta salope, défonce-moi. » Je sens sa bite dure se présenter à l’entrée de mon fion, il pousse lentement, me faisant sentir chaque centimètre de son chibre.

La douleur initiale se transforme rapidement en plaisir. Je sens sa bite en moi, me remplissant complètement. Je sens son plaisir aussi, je sais qu’il aime ça. Il me baise, fort, profondément. Je sens ses couilles claquer contre mes fesses, je sens sa main sur mes hanches, me guidant.

Je suis à genoux, les mains sur le lavabo, je me fais enculer comme une chienne. Je sens la chaleur monter en moi, je sens mon corps trembler de désir. Je sens la mouille couler de ma chatte, je sens le plaisir monter. Je gémis de plus en plus fort, je crie de plaisir.

Marc me prend par les cheveux, il me tire en arrière. Il me dit : « Tu aimes ça, hein, salope ? Tu aimes te faire enculer, hein ? » Je sens sa bite sortir de mon cul, je sens le vide. Mais je sais que ce n’est pas fini. Je me retourne, je me mets à genoux devant lui. Je lui dis : « Viens, je vais te sucer, je vais te pomper jusqu’à ce que tu jouisses. »

Je prends sa bite en bouche, je la suce, je la pompe. Je sens sa bite dure dans ma bouche, je sens son goût, son odeur. Je sens sa main dans mes cheveux, me guidant. Je sens le plaisir monter en lui, je sais qu’il va jouir. Je le regarde dans les yeux, je lui dis : « Viens, jouis dans ma bouche, je veux goûter ton sperme. »

Il gémis de plaisir, je sens sa bite se contracter. Et puis, il jouit. Je sens son sperme chaud remplir ma bouche, je l’avale, tout. Je sens son plaisir, je sais que je l’ai satisfait.

Mais je n’en ai pas fini avec lui. Je veux plus, je veux tout. Je lui dis : « Allonge-toi sur le dos, je vais te montrer quel genre de salope je suis. » Je me mets sur lui, je me mets à califourchon sur sa bite. Je la sens se présenter à l’entrée de ma chatte, je m’empale dessus.

Je me baise dessus, fort, profondément. Je sens sa bite en moi, je sens mon plaisir monter. Je sens mes seins rebondir, je sens sa main sur mes hanches, me guidant. Je sens le plaisir monter en moi, je sens mon corps trembler de désir. Je sens la mouille couler de ma chatte, je sens le plaisir monter.

Je gémis de plus en plus fort, je crie de plaisir. Je sens mon corps se tendre, je sens le plaisir monter. Et puis, je jouis. Je sens mon corps trembler de plaisir, je sens ma chatte se contracter autour de sa bite. Je sens son plaisir aussi, je sais qu’il aime ça.

Je sens sa bite se contracter, je sais qu’il va jouir. Je lui dis : « Viens, jouis en moi, je veux sentir ton sperme en moi. » Il gémis de plaisir, je sens sa bite se contracter. Et puis, il jouit. Je sens son sperme chaud remplir ma chatte, je sens le plaisir monter en moi.

Je me lève, je me retourne. Je lui présente mon cul, je lui dis : « Viens, lèche-moi, nettoie-moi. » Je sens sa langue sur mon cul, sur ma rondelle. Il me lèche, il me nettoie. Je sens son plaisir, je sais qu’il aime ça.

Je me rhabille, je me regarde dans le miroir. Je souris, je sais que j’ai réalisé mon fantasme. Je sais que j’ai dominé cet homme marié, je l’ai fait craquer, j’ai enflammé sa jalousie et son désir. Et je sais que ce n’est que le début, je suis une chaudasse, une chienne, une cochonne, et je veux plus, je veux tout.

Je sors des toilettes, je retourne au travail. Je sais que tout le monde me regarde, je sais que je suis la plus belle, la plus désirable. Je sais que je suis la plus salope aussi, mais je m’en fous. Je suis Khadija, une jeune femme latino de 25 ans, et je suis une chienne, une cochonne, une salope. Et j’adore ça

Publications similaires