Je m’appelle Victoire, et je suis une détective privée de 31 ans. Je suis d’origine européenne, de taille moyenne et de corpulence petite. Je suis en union libre et j’assume pleinement ma bisexualité. Mon fantasme ultime est le triolisme et j’ai une attirance particulière pour les partenaires avec des seins volumineux et des fesses rebondies.

Ce soir-là, j’étais invitée à une réunion entre amis dans une salle privée. L’atmosphère était détendue et sensuelle. Je portais une robe moulante qui mettait en valeur mes courbes et un décolleté plongeant qui laissait entrevoir mes seins fermes. Je sentais les regards sur moi, et cela m’excitait. J’avais décidé de séduire deux de mes amis ce soir, un homme et une femme, tous deux bisexuels et partageant mes fantasmes.

Je me suis approchée d’eux, les taquinant, les excitant avec des mots crus et des gestes suggestifs. Je leur ai chuchoté à l’oreille que j’avais très envie d’eux, que j’avais besoin de sentir leurs mains sur mon corps, de goûter leurs lèvres sur ma peau. Je les ai vu sourire, leurs yeux brillaient de désir.

J’ai commencé à caresser la cuisse de la femme, remontant lentement vers sa chatte. Elle a écarté les jambes, me laissant accéder à son intimité. Je l’ai sentie mouillée à travers sa culotte, ce qui m’a encore plus excitée. J’ai alors glissé un doigt dans sa chatte, la faisant gémir de plaisir.

Pendant ce temps, l’homme s’est approché de moi, me caressant les seins, me pinçant les tétons. J’ai senti sa bite durcir contre ma cuisse, et j’ai commencé à le branler à travers son pantalon. Il a grogné de plaisir, me mordillant le cou.

Je les ai alors entraînés dans une pièce adjacente, où je les ai laissés explorer mon corps. Les mains se baladaient, les langues se mélangaient, et je me suis retrouvée bientôt nue, offerte à eux.

L’homme m’a prise en levrette, me pénétrant sauvagement de sa grosse bite. Je gémissais de plaisir, sentant sa queue me remplir. La femme s’est approchée de moi, me caressant les seins, me mordillant les tétons. Elle est descendue entre mes jambes, me léchant et me suçant le clitoris, tandis que l’homme continuait de me prendre.

Je jouissais une première fois, puis une deuxième, incapable de retenir mes cris de plaisir. Je sentais mon corps trembler, ma chatte se contracter autour de la bite de l’homme, ma mouille couler le long de mes cuisses.

L’homme a alors retiré sa bite de ma chatte, me laissant un instant de répit. Mais la femme a pris sa place, me pénétrant avec un gode-ceinture. Je gémissais de nouveau, sentant le gode me remplir, me ramoner.

Je me suis alors mise à genoux, suçant la bite de l’homme, tandis que la femme continuait de me prendre en levrette. Je les ai fait jouir tous les deux, sentant le sperme chaud se répandre sur mon visage et dans ma bouche.

Je me suis allongée entre eux, épuisée mais comblée. J’avais réalisé mon fantasme, et je savais que ce ne serait pas la dernière fois. Mais pour l’instant, je voulais juste savourer la chaleur de leurs corps contre le mien, le goût de leur peau sur ma langue, le souvenir de nos corps entremêlés dans ma mémoire.

Je me suis endormie, bercée par leurs respirations, rêvant déjà à notre prochaine rencontre. Je savais que ce n’était que le début de notre histoire, de nos explorations sexuelles, de nos jeux érotiques. Et j’avais hâte de découvrir ce que l’avenir nous réservait.Je me suis réveillée quelques heures plus tard, encore enlacée entre mes deux amants. Leurs corps chauds et nus contre le mien m’ont rappelé les moments torrides que nous avions partagés. Je me suis sentie humide et excitée à nouveau, prête à reprendre notre jeu érotique.

Je me suis mise à caresser les seins de la femme, les pinçant doucement entre mes doigts. Elle a gémi, se réveillant lentement. Je lui ai chuchoté : « J’ai encore envie de toi, salope. » Elle m’a souri, me retournant pour m’embrasser passionnément.

Pendant ce temps, l’homme s’est réveillé à son tour, me caressant les fesses, les écartant lentement. Je sentais son chibre durcir contre mon cul, et j’ai commencé à le branler, le pompant lentement. Il a grogné, me disant : « Je vais t’enculer, chienne. »

Je me suis mise à quatre pattes, offrant mon cul à l’homme. Il a commencé à me doigter l’anus, me préparant à sa grosse queue. Je gémissais de plaisir, sentant mes muscles se détendre. Puis, il a posé la tête de son chibre contre mon fion, me pénétrant doucement.

Je criais de plaisir et de douleur, sentant sa queue me remplir complètement. Il a commencé à me baiser, me prenant en levrette, me faisant gémir de plus en plus fort. La femme s’est approchée de moi, me caressant les seins, me mordillant les tétons.

Elle est descendue entre mes jambes, me léchant la chatte, me suçant le clitoris. Je jouissais, incapable de retenir mes cris. L’homme a continué de m’enculer, me faisant sentir chaque centimètre de sa queue dans mon cul.

Je me suis mise à genoux, prenant la bite de l’homme dans ma bouche, le suçant goulûment. La femme s’est positionnée derrière moi, me pénétrant avec un gode-ceinture. Je gémissais de plaisir, sentant le gode me remplir, me ramoner.

L’homme a grogné, me prenant la tête entre ses mains, me faisant pomper sa queue plus vite. Je sentais sa bite grossir dans ma bouche, et je savais qu’il allait bientôt jouir.

Il a retiré sa queue de ma bouche, me laissant un instant de répit. Mais la femme a continué de me prendre en levrette, me faisant gémir de plaisir. Je sentais mon corps trembler, ma chatte mouillée, mon cul dilaté.

L’homme s’est positionné derrière la femme, la prenant en sandwich. Il lui a pris les seins, les malaxant, les pinçant. Elle criait de plaisir, se faisant prendre par les deux côtés.

Je me suis allongée sur le dos, les jambes écartées, invitant mes deux amants à me prendre. L’homme s’est positionné entre mes jambes, me pénétrant de sa grosse queue. La femme s’est positionnée au-dessus de moi, me caressant les seins, me mordillant les tétons.

Je sentais la bite de l’homme me ramoner la chatte, tandis que la femme me doigtait l’anus. Je gémissais de plaisir, sentant mon corps se tendre, mon plaisir monter.

Je jouissais une nouvelle fois, sentant mon corps trembler, ma chatte se contracter autour de la bite de l’homme, ma rondelle se dilater autour des doigts de la femme. L’homme a grogné, se vidant dans ma chatte, me remplissant de son foutre chaud.

La femme s’est retirée, me laissant un instant de répit. Mais l’homme a pris sa place, me pénétrant de son chibre encore dur. Je gémissais de plaisir, sentant sa queue me remplir à nouveau.

Je me suis mise à genoux, prenant la bite de l’homme dans ma bouche, le suçant goulûment. La femme s’est positionnée derrière moi, me pénétrant avec son gode-ceinture. Je gémissais de plaisir, sentant le gode me remplir, me ramoner.

L’homme a grogné, me prenant la tête entre ses mains, me faisant pomper sa queue plus vite

Publications similaires